sport

sport

sport

sport

sport

sport

sport

sport

sport

sport

sport

sport

Les drapeaux des JO 2016 flottent sur Rio, symbole de la belle année des sportifs africains. © Alastair Grant/AP/SIPA

2016 a été un bon cru pour le sport africain. Handballeurs, athlètes ou footballeurs, les sportifs du continent sont nombreux à nous avoir fait vibrer.

En handball, notons les victoires à domicile de l’Égypte chez les hommes et de l’Angola chez les femmes, lors des deux CAN de cette année ; en athlétisme, le Kenya, l’Éthiopie et l’Afrique du Sud ont confirmé leur statut de grandes nations ; en football les équipes du continent ont engrangé de très bonnes performances et les joueurs africains se sont illustrés en Europe…

Mais en cette année olympique, impossible de passer à côté des performances africaines. Avec 45 médailles cette année, le continent à réalisé le meilleur score de son histoire, grâce notamment à l‘athlétisme où 25 médailles ont été glanées. Confirmations, surprises, records du monde… Les fans se sont régalés.  

Il convient aussi de mentionner les 5 médailles obtenues en taekwondo dont un titre, et la bonne performance de la Tunisie aux Jeux paralympiques, première nation africaine. Mais aussi :

Cheick Cissé, premier Ivoirien médaillé d’or aux Jeux olympiques

Andrew Medichini/AP/SIPA

Cheick Cissé après son titre olympique de Taekwondo en moins de 80kg. Le 19 août 2016 à Rio © Andrew Medichini/AP/SIPA

Champion d'Afrique en 2016, l'Ivoirien entre dans la légende le 19 août 2016. En finale des Jeux Olympiques de Rio, le spécialiste africain du taekwondo a décroché l'or dans la catégorie des moins de 80 kilos. Mené de deux points alors qu'il reste une seconde à jouer, il renverse la situation d'un coup de pied retourné. Du haut de son mètre 89, il devient le premier Ivoirien champion olympique, à 23 ans seulement.

L’Éthiopienne Almaz Ayana, toujours plus haut

Grande année pour la championne du monde 2015 du 5 000 m. En juin, elle échoue lors du meeting de Rome à 1,44 seconde du record du monde du 5 000 m. À 25 ans et pour ses premiers JO, l’Éthiopienne gagne l'or sur le 10 000 m en établissant un nouveau record du monde – vieux de 23 ans – reléguant sa compatriote Tirunesh Dibaba, double tenante du titre, à la troisième place. Elle termine ensuite avec l’argent sur le 5 000m, avant de conclure 2016 par une victoire au classement générale de la Diamond League, toujours sur 5 000m.

Inès Boubakri, première escrimeuse africaine médaillée olympique

Charlie Riedel/AP/SIPA

Ines Boubakri après avoir décroché sa médaille de bronze aux Jeux olympiques, à Rio le 10 août 2016. © Charlie Riedel/AP/SIPA

À 27 ans, Inès Boubakri se présente à Rio auréolée de 15 médailles aux championnats d'Afrique et d'une aux championnats du monde, à l'épée, au fleuret, en individuel ou par équipe. Contrairement aux JO de Pékin et de Londres, la Tunisienne Inès Boubakri parvient à décrocher le bronze en fleuret cette année à Rio. La plus grande escrimeuse africaine.

Riyad Mahrez, l'année de tous les titres pour le footballeur algérien

Champion d'Angleterre avec la surprise Leicester devant tous les cadors de Premier League, Mahrez contribue grandement à la victoire avec 17 buts et 11 passes décisives. Si cette première partie de saison 2016/2017 est plus compliquée pour lui comme pour l'équipe, l’Algérien rafle tout de même tous les titres individuels en Angleterre : il est élu footballeur de l'année par les joueurs, par les supporters puis par la BBC et se classe 7ème du Ballon d'Or 2016. Il est également en lice pour le titre de footballeur africain de l’année.

 

 

L’équipe Kényane d’athlétisme et ses 13 médailles

A l'image de Vivian Cheruiyo (à dr.) et de Helen Obiri (à gch.), en or et en bronze sur le 5000m, le drapeau Kényan aura brillé sur l'athlétisme aux Jeux Olympiques 2016. © Dmitri Lovetsky/AP/SIPA

Si le continent à battu son record de médailles cette année à Rio, il le doit en grande partie au Kenya. Avec 13 médailles (6 d’or, 6 d’argent, 1 de bronze), le pays se classe au 15ème rang du classement des médailles par pays, en remportant toutes ses breloques en athlétisme. Citons l’or aux marathons de Jemima Sumgong et d’Eliud Kipchoge, le deuxième titre olympique de David Rudisha, les deux médailles de Vivian Cheruiyot ou encore les titres de Conseslus Kipruto et de Faith Kipyegon. Toujours dans l'œil du cyclone des services anti-dopage, aucun des médaillés olympiques n’a pour l’instant été inquiété. 

Wayde Van Niekerk, homme le plus rapide de l'histoire sur le tour de piste

À 24 ans, le champion d'Afrique 2016 sur 200 m et 4×100 m, désigné porte-drapeau de la délégation sud-africaine, aura fait honneur à son statut aux Jeux Olympiques de Rio de 2016. Parti au compliqué couloir n°8, il remporte le 400 m olympique et s'adjuge le record du monde, propriété de Michael Johnson depuis 1999.

 

 

Ruth Gbagbi, première Ivoirienne médaillée olympique

Triple championne d'Afrique en 2012, 2014 et 2016, la jeune Ivoirienne se présente aux JO comme l’une des outsiders du tournoi féminin de taekwondo, en moins de 67 kilos. Le même jour que le titre de son compatriote Cheick Cissé (voir plus haut), elle remporte aux repêchages le bronze, et devient ainsi à 22 ans la première Ivoirienne médaillée olympique.

Andrew Medichini/AP/SIPA

Ruth Gbagbi décroche le bronze olympique en moins de 67kg de taekwondo, le 19 août 2016 à Rio. © Andrew Medichini/AP/SIPA

Taoufik Makhloufi, l’Algérien le plus médaillé 

Matt Dunham/AP/SIPA

Taoufik Makhloufi après sa seconde place lors de la finale du 800m, le 15 août 2016 à Rio. © Matt Dunham/AP/SIPA

Champion olympique du 1 500 m il y a quatre ans à Londres, Taoufik Makhloufi, avait une revanche à prendre sur lui-même après sa quatrième place aux mondiaux 2015. À Rio cette année, sil ne parvient pas à conserver son titre, il remporte malgré tout deux médailles d’argent sur 800 et 1 500 m. À 28 ans, l’Algérien devient avec ses trois médailles le sportif algérien le plus médaillé aux Jeux Olympiques.

Asisat Oshoala, la goléadore africaine 

À seulement 22 ans, la Nigériane d'Arsenal vient de remporter sa deuxième CAN consécutive après celle de 2014. Désignée meilleure joueuse du tournoi il y a deux ans, elle est cette année la meilleure buteuse avec six buts. Elle aura inscrit tous ses buts lors du premier tour, lançant les Super Falcons vers la victoire à la CAN 2016, leur dixième titre en douze compétitions.

 

 

L’Algérien Abdellatif Baka, le champion paralympique plus rapide que les valides

Bob Martin/AP/SIPA

Abdellatif Baka en finale du 1500m des Jeux paralympiques de Rio 2016. Derrière, ses trois concurrents. © Bob Martin/AP/SIPA

Malvoyant (catégorie T13), Abdellatif Baka arrive aux Jeux paralympiques de Rio déjà auréolé d'un titre olympique en 2012 sur 800 m. Cette année, l’Algérien remporte l’or sur 1 500 m en établissant un nouveau record du monde. Aussi, Baka et ses trois poursuivants (dont son frère Fouad, quatrième) ont tous les quatre couru plus rapidement que Matthew Centrowitz, le champion olympique 2016.

Auraient également pu figurer dans notre classement : Issoufou Alfaga Abdoulrazak, Marwa Amri, Pierre-Emerick Aubameyang, Natália Bernardo, Johan Goosen, Hedaya Malak, Francine Niyonsaba, Oussama Oueslati, Caster Semenya et Marie-Josée Ta Lou.

 
Pierre Houpert