mode & beauté

mode & beauté

mode & beauté

mode & beauté

mode & beauté

mode & beauté

mode & beauté

mode & beauté

mode & beauté

mode & beauté

mode & beauté

mode & beauté

Plus de Le Point

Site Internet

afrique.lepoint.fr
 

Le Mozambique est devenue une terre de mode grâce à une poignée de pionniers qui au début des années 2000 étaient persuadés qu'elle ouvrirait des perspectives aux jeunes générations. Parti de rien, comme le souligne Vasco Rocha, directeur général de l'antenne mozambicaine du géant de la publicité DDB et fondateur de la Mozambique Fashion Week (MFW) : « Cet évènement est né dans un pays pauvre n'ayant aucune expérience dans la mode. La MFW a changé les esprits, créé du travail, révélé des talents et attiré l'attention sur le Mozambique. »

L'idée n'allait pas de soi dans ce pays aux forts contrastes. La croissance est forte depuis une décennie, parmi les plus rapides du monde, avec 7,5 % en moyenne par an. De gigantesques gisements de gaz ont été découverts tandis que des hôtels cinq étoiles, des centres commerciaux et des appartements de luxe sortent de terre. Pourtant, vingt-cinq ans après la fin d'une guerre civile meurtrière, alors que la population vivant en ville est passée de 4 % à 38 % en 2010, le pays pointe toujours à la 180e place sur 188 au dernier classement des Nations unies pour le développement humain.

6789630-6789723-g-jpg_4029331_1000x667
6789630-6789736-g-jpg_4029320_1000x667
6789630-6789732-g-jpg_4029324_1000x667
6789630-6789735-g-jpg_4029322_1000x667
6789630-6789737-g-jpg_4029319_1000x667
6789630-6789731-g-jpg_4029325_1000x667
6789630-6789724-g-jpg_4029330_1000x667
6789630-6789733-g-jpg_4029323_1000x667
6789630-6789722-g-jpg_4029332_1000x667
6789630-6789729-g-jpg_4029327_1000x667
6789630-6789725-g-jpg_4029329_1000x667
6789630-6789728-g-jpg_4029328_1000x667
6789630-6789738-g-jpg_4029321_1000x667
6789630-6789730-g-jpg_4029326_1000x667

Depuis la première édition en 2005, la MFW a pu compter sur la fidélité de sponsors dont la liste s'est allongée, comme Vodacom, Toyota, Heineken ou JCDecaux, qui ont permis de pérenniser l'évènement. La MFW a également établi des relations avec les centres créatifs sud-africains que sont Johannesburg et Cape Town ainsi que la Swahili Fashion Week de Nairobi. Grâce à l'opiniâtreté de Vasco Rocha, qui a recherché « le meilleur chemin pour atteindre les standards internationaux de ce type d'évènement dans un pays à l'industrie textile balbutiante », les labels étrangers répondent chaque année présents.

Non seulement ceux du continent africain comme le Sud-Africain Rich Mnisi, le Zimbabwéen Nkululeko Ncube, l'Angolaise Felicia Mahatma, le Swazi Khulekani Msweli ou l'Écossaise Ann McCreath derrière le label kényan Kiko Romeo, mais aussi ceux du reste du monde comme l'Italienne Michella Papuchi, le Japonais Kyuten Kawashima ou le Portugais Miguel Vieira entre autres. Avec plus d'une soixantaine de participants, la part belle a été faite aux Mozambicains comme Alberto Tinga, Shaazia Adam ou Ideias a Metro de Carla Pinto et Nela Avelar. Ce qui fait dire, non sans fierté, à Vasco Rocha que « la mode mozambicaine a déjà dépassé les frontières ».

 

Plus de Le Point

Site Internet

afrique.lepoint.fr