histoire

histoire

histoire

histoire

histoire

histoire

histoire

histoire

histoire

histoire

histoire

histoire

Il y a un demi-siècle, le chercheur sénégalais Cheikh Anta Diop posait la question de la négritude de l’Egypte et de l’antériorité des civilisations nègres. Aujourd’hui, c’est d’Amérique du Nord que nous viennent les échos d’une telle contestation de l’histoire écrite par les Blancs.

Les thèmes en sont multiples. Ne serions-nous pas tous les enfants d’une Eve noire ? La première civilisation ne fut-elle pas africaine, rayonnant ensuite de son berceau égyptien jusque dans la Grèce classique ? La déesse Athéna n’avait-elle pas une origine noire ? Les Hébreux n’auraient-ils pas eu l’Ethiopie pour vraie patrie ? La réécriture du passé des Africains, vu à la lumière de l’Egypte pharaonique, suscite une relecture du passé européen. Les humanités gréco-latines se voient opposer des humanités négro-égyptiennes.

Des jeunes Noirs des métropoles des pays du Nord apprennent les hiéroglyphes et chantent contre la Babylone des Blancs. Et dans les pays du Sud, les Bantous sont érigés en équivalents des Aryens. Plus loin, l’Amérique aurait été découverte et peuplée par des Noirs, déjà présents dans les civilisations précolombiennes. Toute l’historiographie savante est donc soupçonnée d’un complot planétaire contre les peuples noirs, dont elle aurait dérobé l’héritage culturel pour mieux les asservir.

Cette science dite eurocentriste est donc défiée par une histoire afrocentriste du monde. L’objet de ce livre est de mieux connaître l’argumentation de ce courant, d’en discuter les sources et les méthodes, d’en comprendre les motivations et d’en analyser les réseaux, sans oublier ni les siècles d’oppression et de discrimination pesant sur la condition noire, ni les aspirations actuelles à une renaissance noire.