actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

 

Assinie, en Côte d'Ivoire.
Plus d'initiatives, plus d'offres d'hébergement, un engouement généralisé : après 10 ans de crise, le pays s'est définitivement mis sur orbite.

La Côte d'Ivoire mise de nouveau sur le secteur touristique après dix ans d'instabilité socio-politique. L'Office national du tourisme du pays annonce une progression de 0,6 % soit 4,8 du produit intérieur brut entre 2012 et 2015. Pour 2016, ce chiffre a bondi jusqu'à 7,5 %. Comment le pays s'y prend-il ?

Nouveau cap

Dans un rapport commun sur l'état des lieux du secteur du tourisme et de l'hôtellerie en Afrique en 2016 présenté, le 25 avril 2017, à Abidjan, Jumia Travel et le Groupe Accor Hôtels, sur la base des données internationales et internes, ont annoncé que l'Algérie, le Maroc, la Côte d'Ivoire, le Nigeria et Kenya font partie du top 5 des destinations les plus prisées. Des données qui viennent conforter des initiatives comme le Salon du tourisme durable qui se tient à Abidjan jusqu'au 1er mai, organisé par l'Office de tourisme de Côte d'Ivoire.

« C'est un secteur extrêmement porteur (actuellement, NDLR) en Côte d'Ivoire » et « ça veut dire que la manne financière et l'importance du tourisme est en train de se faire ressentir (...) Nous sommes en train de repartir », s'est félicité le directeur de l'Office national du tourisme Jean-Marie Somet, rappelant les périodes difficiles du secteur au lendemain de la grave crise postélectorale (2010-2011).

Pour le directeur, les touristes ont aussi « passé le cap » après l'attentat djihadiste à Grand-Bassam, station balnéaire située près d'Abidjan. « C'est Bassam et Assinie (autre station balnéaire, NDLR) qui ont le taux de fréquentation le plus élevé », a-t-il poursuivi. Le dimanche 13 mars 2016, trois assaillants avaient remonté la plage de Grand-Bassam, très prisée des Ivoiriens et des étrangers, tirant au hasard et attaquant plusieurs restaurants. Ils avaient tué 19 personnes. L'attaque, jusqu'ici la seule sur le territoire ivoirien, a été revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Stratégie de repositionnement

« Stratégiquement, il fallait repositionner le pays. (...) En dix ans, notre destination s'est tuée pratiquement. Plus personne ne voulait venir ici. Notre travail, c'est de nettoyer cette image négative du pays », a encore relevé vendredi le directeur de l'office du tourisme. Le tourisme local représente « 62 % de l'économie de la Côte d'Ivoire en matière de services », avec plus 700 000 touristes ivoiriens en 2015, a-t-il souligné. 150 000 emplois directs et plus de 300 000 emplois indirects ont été créés dans le secteur du tourisme en 2016 en Côte d'Ivoire, selon les chiffres publiés par la Banque mondiale.

L'Afrique a connu l'arrivée de 58 millions de visiteurs internationaux au cours de l'année 2016, c'est ce qui ressort du dernier rapport de la firme Jumia Travel avec AccodHotels nommé hospitality report. En pleine renaissance économique avec un taux de croissance estimée à environ 9 % en 2016, la Côte d'Ivoire retrouve ainsi sa place parmi les destinations phares du continent africain.

L'eldorado du tourisme d'affaires ?

Le tourisme d'affaires est en train de se faire une place de choix dans le pays, avec l'installation massive des grandes chaînes hôtelières et la construction de nouveaux sites et l'amélioration de pôles comme Abidjan, « la perle des lagunes ».

Depuis 2014, le secteur du tourisme et du voyage constitue 4,8 % du PIB ivoirien. Cette contribution devrait connaître une hausse d'environ 5,6 % par an en moyenne jusqu'en 2026. Les recettes directes générées par le secteur du tourisme et du voyage ont été estimées à environ 419 milliards de francs CFA (638 millions d'euros) en 2015, avec 44,4 % d'apport du tourisme de loisirs et 55,6 % du tourisme d'affaires. Ces chiffres devraient enregistrer une hausse d'un peu plus de 4,8 % pour atteindre environ 439 milliards de francs CFA (669 millions d'euros) en 2016.

L'année 2016 a enregistré une baisse de 0,9 % notamment due au terrorisme qui a occasionné une baisse de l'activité touristique. La tendance devrait s'inverser et connaître une hausse de 2,6 % par an dès 2017, et ce, jusqu'en 2026, avec la création d'environ 129 000 emplois directs.