Culture

Culture

Culture

Culture

Culture

Culture

Culture

Culture

Culture

Culture

 

Mariannes noires

ENTRETIEN. Dans son documentaire "Mariannes noires", Mame-Fatou Niang donne la parole à des femmes perçues comme venues d'ailleurs mais pour qui le cœur bat d'abord pour la France.

Nous retrouvons Mame-Fatou Niang, la réalisatrice de « Mariannes noires », dans un café populaire parisien quelques heures avant la projection de son documentaire dans la 7e édition du Festival international de films des diasporas africaines qui vient de se tenir à Paris les 8, 9 et 10 septembre derniers. Tout juste arrivée des États-Unis, cette Franco-Sénégalaise qui est aussi une universitaire doit repartir dès le lendemain. Elle a donc deux jours pour voir toute la famille, parler de ce premier documentaire qu'elle a co-réalisé avec Kaytie Nielsen, une de ses étudiantes à la Carnegie Mellon University, à Pittsburgh, où elle enseigne la littérature francophone, et parler de l'urbanité, de la banlieue et de la représentation de l'identité afro-française, entre autres.

 

 

« Mariannes noires » brosse le portrait de sept femmes aux parcours différents. De l'intellectuelle à la chorégraphe hip-hop, en passant par la réalisatrice ou encore la scénariste. Sept chemins, sept récits, mais un dénominateur commun : leur francité. Ce 83 minutes est un tour d'horizon du quotidien de ces femmes multiculturelles qui se livrent sans fard sur leurs expériences, leur enfance et leur rapport à la France, parfois douloureux. Mame-Fatou Niang, 38 ans, à la longue silhouette imposante, a voulu parler de la vie de ces femmes, tout à la fois atypique et banale. Des parcours pour lesquels la réalisatrice a mis un point d'honneur à défendre la dimension ordinaire. Comment en est-elle arrivée à l'idée de ce documentaire dont le titre est tout un programme ? Comment voit-elle la société française avec le recul qui sied à l'Américaine d'adoption qu'elle est devenue ? Autant de questions, et d'autres, auxquelles Mame-Fatou Niang, déjà dans le chantier de son prochain film « Téri », a bien voulu répondre pour le Point Afrique... en glissant, naturellement quelques mots d'anglais. Une interview in.

comment vous est venue l'idée de ce titre très symbolique ?

Mame-Fatou Niang : Souvent en travaillant sur les articles, je change de titre au gré de l'inspiration et de l'évolution du projet. Mais pour ce documentaire, le titre est venu tout seul, il s'est vraiment imposé. On parle souvent de l'expérience noire en France, des Noirs de France... J'étais partie dans l'idée de montrer une diversité de l'expérience. Après avoir filmé, le titre est venu comme une évidence. Ces femmes étaient iconiques, non pas parce qu'elles sont célèbres ou artistes, mais parce qu'elles sont « madame tout le monde ». Elles sont des femmes du quotidien : banales, originales mais extraordinaires, chacune dans son parcours. Et quelle meilleure icône trouver en France si ce n'est Marianne ? Et je trouvais que c'était intéressant d'avoir ce jeu sur l'arc-en-ciel des expériences qui montre que nous vivons ces parcours d'une manière extrêmement différente, sur la manière dont nous intériorisons ces combats, ce quotidien. Pour certaines personnes, c'est un questionnement tandis que pour d'autres, non. Donc, on ne peut pas mettre tout le monde dans le même sac. Mais quel qu'en soit le niveau, nous avons toutes ces questionnements, ces interrogations sur la « situation », plutôt que « l'intégration » car j'abhorre ce mot, du Noir en France. Donc le titre s'est imposé naturellement.

Pourquoi avoir voulu réaliser ce film maintenant ? Quel a été le facteur déclencheur ?

Je suis professeur, enseignant-chercheur, et donc je travaille sur les questions de représentation, de l'universalisme et sur la signification de la périphérie, que ce soit racialement, sexuellement, sur le point de vue du genre ou de la religion. Dans un pays où l'identité est une notion très rigide, qui a été réfléchie, pensée, conçue au niveau identitaire de manière à devenir extrêmement dure et différente. Alors, parce qu'on porte sa différence, racialement ou par des accessoires, et donc j'étais très gênée parce que mes étudiants sont jeunes. On peut leur faire lire de la théorie, mais c'est une civilisation du visuel donc il faut un travail par l'image. Je trouvais donc que c'était un très bon médium pour montrer ce qu'il se passait à mes étudiants.

L'élément déclencheur a été la sortie en 2014 de « Bande de filles », de Céline Sciamma. Mes cousines étaient très contentes et dans l'attente de voir ce film car il montrait des femmes noires.
Mes cousines étaient très touchées par le film, qui finalement ne disait rien, et en plus, on retombait sur les mêmes stéréotypes. Il y a eu de la déception de leur part. Pour moi, en tant que chercheur, cela a été décuplé. J'ai un livre qui vient de sortir, qui parle de la réception critique du film, du vocabulaire qu'on utilise ; un vocabulaire animalier, de la sensualité, de l'érotisme, des chairs... C'est le zoo humain, la Vénus noire... Dans les conférences où j'allais aux États-Unis, les gens étaient subjugués et se disaient : « Enfin des belles femmes noires à l'écran ». Et j'étais là en me disant que ce n'était pas possible et qu'il fallait faire quelque chose... Donc j'ai monté un dossier avec le soutien de ma faculté. On avait un tout petit budget. Le film a été tourné par des étudiants de l'université. On a tourné à l'été 2015. À la première projection dans la faculté, en mai 2016, la réponse a été immédiate.

Comment « Mariannes noires » a-t-il été reçu aux États-Unis ?

J'ai été très surprise. Par rapport au milieu universitaire, beaucoup de collègues me demandent une copie parce qu'ils veulent l'enseigner. En ce moment c'est un « hot topic », donc tout ce qui relève des relations de races, etc., intéresse. Je m'attendais à ce qu'il y ait une demande universitaire, mais ce qui m'a étonné, c'est la réaction du public. À Pittsburgh ou à Chicago, certains étaient étonnés de voir ce côté de la France, qu'ils ne connaissaient pas. Pour les Afro-Américains, comme les autres Américains, Paris représente le romantisme. Avec l'histoire de la « Harlem Renaissance », Paris catégorise la liberté des artistes noirs, l'endroit de révélations à l'époque où l'Amérique ségrégationniste serrait les vis. Il y avait toujours des commentaires tels que « ah, là-bas aussi... ».

 ©  DR

 

Comment s'est déroulée la rencontre avec ces 7 femmes, pourquoi elles en particulier ?

Je ne sais pas si cela tient du miracle... Mais la manière dont cela s'est passé montre l'urgence ou alors à quel point les gens veulent parler. J'ai fini de monter le projet en avril. Je connaissais très bien Maboula Soumahoro, qui figure dans le film. Je l'appelle et dans la journée, elle m'envoie une liste longue comme le bras de personnes à contacter. La première personne sur la liste étant la chorégraphe Bintou Dembele. Elle me répond dans la journée et me dit impérativement de contacter la réalisatrice Alice Diop. Puis Maboula me dit de contacter impérativement l'entrepreneure Aline Tacite, qui me répond le lendemain et se dit partante pour le film. Cela s'est fait de manière organique. Je connaissais bien Maboula mais j'avais une appréhension avec les autres femmes. Je ne les connaissais pas encore et je leur demandais un exercice compliqué, de se confier en quelques heures... Puis finalement, elles se sont livrées facilement. Cela a encore plus solidifié l'idée qu'il y avait un besoin de partager des expériences. Cela s'est fait de manière très naturelle.

On a justement l'impression que le film est une conversation entre amies, à laquelle chacun est convié... Quel était le but premier de ce documentaire ? Un partage des expériences ?

J'avais ce documentaire en tête depuis longtemps mais le repoussais à chaque fois par manque de temps. La conversation avec mes cousines a vraiment été le catalyseur. J'ai raccroché et puis je me suis dit, je le fais. Dans les 24 heures, je me suis dégagée du temps. Et cela s'est concrétisé dans l'année. La première fois qu'on l'a diffusé à Paris, j'étais très émue car c'était un grand moment. Toutes mes cousines étaient là. Je leur ai simplement dit que le film étaient pour elles. C'est important de se dire qu'on est africain ou caribéen mais qu'on a une double culture. Nous avons des niveaux de capture, d'interaction avec ces cultures maternelle, paternelle, qui sont différents, mais nous avons cette culture en nous, et en même temps, nous sommes aussi français. C'était donc aussi un moyen pour moi de montrer à mes cousines qu'elles sont françaises. Vous êtes françaises mais vous êtes aussi sénégalaises, maliennes, martiniquaises... Vous avez cette nouvelle identité et il va falloir trouver des moyens de montrer ce que cette identité représente. Non pas des moyens de promotion culturelle mais c'était important de montrer qu'on est là. Une petite pièce. On est une petite pièce dans cette mosaïque. Il y a plein de petites pièces, des pièces de théâtre... Il y a beaucoup de choses qui commencent à émerger pour montrer cette place que nous avons.

 

 

dans la même catégorie

l'art de la scène

Docu - Arte : « Fonko », l'histoire d'une révolution musical…

  VIDÉO. Au-delà de nous raconter la fièvre du kuduro et de l'Azonto, ce film documentaire plonge dans l'histoire de deux pays en pleine révolution sociétale : l'Angola et...

lire l'article

Best Legendary Artist : une distinction de plus pour Yousso…

    Le prix Best Legendary Artist sera décerné ce samedi à l’icône de la musique sénégalaise, Youssou Ndour. Annoncé pour un show exceptionnel au Grand Bal de Bercy, Youssou Ndour devra se rendre...

lire l'article

Et si les racines du tango étaient (aussi) africaines ?

  Le réalisateur Dom Pedro signe avec "Tango Negro" un film polémique, captivant, précieux, qui déconstruit l'histoire d'une Argentine sans passé noir.     Il y a bien longtemps que cette question n'est...

lire l'article

« Moonlight », le clip de Jay-Z qui dénonce le manque de div…

  Le casting de Friends dans le clip "Moonlight". © Capture d'écran Après « The Story Of O.J. » qui interroge la problématique raciale aux États-Unis, le rappeur réitère...

lire l'article

RDC : Félix Wazekwa, l'homme qui fait danser les Léopards

  Sa danse se veut « un plaidoyer en faveur de la lutte contre l'impunité ». © Vincent Fournier/JA Ancien parolier de Koffi Olomidé et de Papa Wemba, Félix Wazekwa...

lire l'article

Jazzkif 2017: le grand Manu Dibango sera là, la diva Lura au…

  Du 16 au 18 juin prochain la ville de Kinshasa accueille la 11e édition du festival international de jazz. A l’instar du légendaire saxophoniste camerounais Manu Dibango, la diva capverdienne Lura, Ray...

lire l'article

Côte d'Ivoire : des accents reggae dans le prochain album de…

La rappeuse Nash dans son clip "Wê attitude". © Capture d'écran Youtube La plus célèbre rappeuse d'Afrique, et de Côte d'Ivoire en particulier, met actuellement la dernière...

lire l'article

Musique : Top 5 des morceaux qui cartonnent actuellement

    A peine lancés, ils ont déjà atteint des milliers de vues sur les plateformes de téléchargement et continuent de faire danser les mélomanes des quatre du coin du globe. Chers lecteurs...

lire l'article

Musique : Tiken Jah Fakoly ouvre un studio à Abidjan

Tiken Jah Fakoly lors d'un concert de bienfaisance pour Haïti en 2010. © THIBAULT CAMUS/AP/SIPA Le reggaeman ivoirien Tiken Jah Fakoly vient d'ouvrir un studio à Abidjan. ...

lire l'article

Arts visuels, arts plastiques

Nigeria : l`actrice Genevieve Nnaji à la conquête du monde

Sous les feux des projecteurs lors du Festival du film de Toronto, l'actrice nigérian...

Togo: de la nécessité de sauvegarder le Koutammakou, ce patrimoine culturel reconnu sur le…

Le cadre environnemental et culturel du pays des Batammariba situé dans le nord-est du Togo a pris...

Classement des artistes africains les mieux cotés

"Blindfolded", de Marlene Dumas, présenté à Dresde en octobre 2017. © Jens Meyer/AP/SIPA ...

L'Afrique a son héroine de dessins animés, elle s'appelle Mia Moké !

Les pays occidentaux ont bien inculqué des héros de bandes dessinées ou de dessins animé...

Sasha Morfaw et Constance Ejuma, deux camerounaises dans le film Black Panther

  Black Panther, le dernier film de l'écurie Marvel cartonne actuellement au box-office...

Ouaga Girls : un docu afro féministe dans une école de mécanos

BANDE-ANNONCE - Bintou, Chantale et Dina, trois jeunes burkinabées, rêvent de devenir mécanicienne...

Biennale africaine de la photographie : Samuel Fosso, un pape noir à Bamako

  Les photos de Samuel Fosso s'exposent à la Galerie Medina, à Bamako. © Nicolas Michel...

L’acteur anglo-nigérian Chiwetel Ejiofor fait ses débuts de réalisateur avec Aïssa Maïga

    L'acteur-réalisateur Chiwetel Ejiofor à Los Angeles en novembre 2015 © Richard Sho...

Exposition : zoom sur les richesses du Bénin

Alors que l'exposition annuelle Paris-Cotonou-Paris touche bientôt à sa fin, retour sur le talent ...

Afro : l'incroyable talent des photographes enfin célébré

EN IMAGES. Le livre "Mfon" révèle le travail d'une centaine de femmes photographes issues de la di...

Exposition Soul of a Nation à Londres : l’art à l’heure du Black Power

    Une femme pose devant une oeuvre de David Hammons, "Injustice Case", lors de l'exp...

Mariannes noires : "Je suis française et le revendique"

  ENTRETIEN. Dans son documentaire "Mariannes noires", Mame-Fatou Niang donne la parole à ...

Cinéma : "quand on est noir", il y a "moins de travail" mais aussi …

  Pour les besoins de Wùlu, ce fonceur a appris le bambara en quelques mois. © Sylvain ...

Série TV : L'afrofuturisme va crever l'écran

  Le roman "Who Fears Death" de Nnedi Okorafor, d'origine nigériane, arrive sur HBO. Il sera ...

La blogueuse et entrepreneuse ivoirienne Virginie Ehonian met les cultures noires à l'honn…

  « Se revendiquer de l'art contemporain africain est un danger pour les artistes eux-m...

« Africa Artbox » : un concours d’ « Art numérique » pour stimuler la créativité

Trias Culture, la structure initiatrice du « Créa Numérica » , le plus grand marché international ...

Jean Pigozzi : "Quand les gens auront vu la puissance de l'art africain..."

  Jusqu'au 28 août, la fondation Louis Vuitton expose 300 œuvres appartenant à Jean Pigozzi. ...

Cameroun : Star dans « La tourmente »

La série télévisée de 300 épisodes en coproduction avec la Crtv et Botini Entreprise sera bi...

L'art de la pensée, de l'écrit et de parole

Littérature - Nobel alternatif : Maryse Condé consacrée à Stockholm

L'auteure de « Ségou » a reçu le prix littéraire décerné par la Nouvelle Académie de Stockholm, faute « du » prix Nobel en 2018. Elle l'a dédié aux siens...

3 recueils d'histoires et contes d'Afrique

Voici trois auteurs qui partagent leurs pensées à travers un prisme africain. Poétiques, mélancoliques et à la fois tragiques, ces histoires vous feront facilement passer du rire aux larmes ou...

Littérature : « En compagnie des hommes », de Véronique Tadjo : le virus et le baobab

Veronique Tadjo, le 13 Novembre 2017. © Richard Cannon pour JA Dans son nouveau roman, En compagnie des hommes, l'écrivaine ivoirienne Véronique Tadjo égrène ses préoccupations écologiques...

Au Nigeria, Lola Shoneyin veut transmettre l'amour du livre

  La romancière yorouba défend des livres « grand public ». © Basso Cannarsa/Opale/Leemage Romancière et éditrice passionnée, la Nigériane Lola Shoneyin organise chaque année l'Aké Festival, à Abeokuta, où...

Littérature : « Silence du chœur», un roman inspiré du drame des migrants en Sicile

    Le jeune auteur Mohamed Mbougar Sarr s'inspire de l'actualité, mais sonde ses sujets en profondeur. © Vincent Fournier/Jeune Afrique-R Dès son premier roman, Terre ceinte, Mohamed Mbougar...

Ngugi wa Thiong'o : un nobélisable dans le texte

    Et deux nouvelles traductions de l'écrivain kényan en français : "Pour une Afrique libre", (Éd.Philippe Rey) et "Cette impitoyable sécheresse", (Passage(s).  Chaque saison, le beau nom de Ngugi wa...

Ce beautés noires blanchies, un livre du Dr Khadi Sy Bizei

Le concept universel de la beauté féminine est désormais multiethnique. On ne compte plus les tops modèles originaires d’Afrique, du Moyen Orient ou d’Asie sur la scène de la beauté...

« 136 » : un livre, un poème, 136 langues…

  Parmi les 136 traductions, 42 sont africaines. © Éditions Bruno Doucey Georges-Marie Lory, journaliste, écrivain et spécialiste de l'Afrique australe, vient de publier un ouvrage contenant... un...

Le théâtre africain est-il bienvenu sur les scènes françaises ?

  Les programmateurs d'Avignon ont écarté les auteurs africains du programme Focus Afrique. Une polémique qui dépasse les planches du festival. « Inviter un continent sans inviter sa parole, c'est inviter un mort »...

Littérature : le romancier guinéen Tierno Monénembo reçoit le Grand prix de la francophoni…

  Le Grand prix de la francophonie a été décerné jeudi 22 juin à Tierno Monénembo, auteur guinéen engagé, pour l'ensemble de son œuvre. © Mychele Daniau/AFP L'écrivain...

Littérature : « Léopard hall », un mélo au Congo

  12616.HR.jpg © DR Ses best-sellers « La Reine des pluies » ou « Les Fleurs sauvages des bougainvilliers » avaient pour décor la Tanzanie, pays où Katherine...

Rencontres avec des mineurs isolés étrangers dans « De rêves et de papiers »

  La couverture du livre de Rozenn Le Berre. © DR Travailleuse sociale en France, Rozenn Le Berre publie une sorte de journal de bord avec « De...

La littérature africaine ne manque pas de génies mais de critiques

  Un mur de livres. © Kerttu/CC/Pixabay La littérature africaine est en mouvement, c'est l'évidence même. Ou plutôt, pour ceux qui soutiennent toujours qu'il n'y a pas de littérature africaine...

Littérature : dans « La maison au bout des voyages », le Kenya à vif

La Maison au bout des voyages est le premier roman d'Yvonne Adhiambo Owuor. © Lydur Skulason/CC/Flickr « La maison au bout des voyages », premier roman d'Yvonne...

Rencontre Littéraire : Antoinette Tidjani Alou à la Maison de l'Afrique

  L’auteure jamaïcaine Antoinette Tidjani Alou viendra à la rencontre des lecteurs mardi 2 mai, à la Maison de l’Afrique. Elle en profitera pour dédicacer son dernier livre, « On m’appelle Nina ». Parce...