Culture

Culture

Culture

Culture

Culture

Culture

Culture

Culture

Culture

Culture

Culture

Culture

Dans cette période d'effervescence généralisée autour de l'Art africain, l'Africa Art Market répertorie les meilleurs artistes. Instructif.

L’art africain, en général, se développe et se vend de mieux en mieux dans le monde. Coordonné par le marchand d’art Jean-Philippe Aka, l’Africa Art Market Report 2015 est désormais disponible en ligne chaque année au mois d'octobre avec son classement des artistes contemporains africains les plus en vue.

Outre de nombreuses interviews, des portraits de personnages influents et des analyses pointues, il propose un grand nombre de chiffres clefs : fréquentation des plus grandes foires d’art, résultats des ventes aux enchères et chiffre d’affaires des artistes dans ces mêmes ventes. Dix artistes ont été classés par importance, Julie Mehretu (Éthiopie), Marlène Dumas (Pays-Bas), El Anatsui (Nigéria), William Kentridge, Jacobus Hendrik Perneef, Iram Stern et Roger Ballen (Afrique du Sud), Kader Attia (Algérie-France), Adel Abdessemed (Algérie) et Hassan Hajjaj (Maroc).

Pour établir ce classement, les auteurs du rapport se sont basés sur plusieurs critères: le chiffre d’affaires en ventes aux enchères de l’année (25 %), le prix moyen d’une œuvre sur le premier marché (25 %), le nombre d’expositions réalisées dans les musées durant toute la carrière de chaque artiste (20 %), le nombre d’expositions faites dans des galeries privées (20 %) et le niveau de reconnaissance auprès des critiques d’art (10 %).

Beaucoup se pose la question de savoir si un marché de l'art africain existe vraiment. L'Africa Art Market devient un outil essentiel pour s'en convaincre et l'examiner. Comment savoir qu'une peinture de la sud-africaine Irma Stern se vendait à 20 000 dollars en 1995 et qu'aujourd'hui ses oeuvres peuvent grimper jusqu'à 2 millions de dollars.

6169211-6169547-g-jpg_4259311_1000x667
6169211-6169552-g-jpg_4259316_1000x667
6169211-6169204-g-jpg_4259307_1000x667
6169211-6169352-g-jpg_4259308_1000x667
6169211-6169548-g-jpg_4259312_1000x667
6169211-6169277-g-jpg_4259309_1000x667
6169211-6169550-g-jpg_4259315_1000x667
6169211-6169553-g-jpg_4259314_1000x667
6169211-6169555-g-jpg_4259313_1000x667
6169211-6169446-g-jpg_4259310_1000x667

Depuis le mois d’octobre 2016 et jusque à la fin de l’année 2017, Paris veut être une plaque incontournable de ce marché. La ville s'est mue ces temps-ci en capitale de l'art africain contemporain avec trois grands rendez-vous : (Art Paris Art Fair au Grand Palais et Africa Now aux Galeries Lafayettes, Afriques Capitales durant le Festival 100 % à la Villette, et dès le 25 d’avril à la Fondation Vuitton l'exposition Art/Afrique). Pour aller plus loin, Sotheby's a annoncé ouvrir en 2017 un département consacré à l'art contemporain d'Afrique depuis Londres.

Un tournant ? Certainement depuis l'exposition majeure Africa remix à Paris, qui n'a pas ensuite soulevé l'élan que l'on observe aujourd'hui. Mais ce changement de cap s'est imaginé et se construit en grande partie grâce à des acteurs du continent ou de sa diaspora : on ne cite plus les curateurs comme Simon Njami, Marie-Annn Yemsi, Bibi Silva, Koyo Kouoh, Touria El Glaoui mais aussi les galeristes Marie-Cécile Zinsou au Bénin, ou Cécile Fakhoury en Côte d'Ivoire.