actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

Grace Beahm/AP/SIPA © Michael Slager au tribunal le 5 décembre 2016

L'officier de police devra purger une peine de 20 ans de prison pour le meurtre en 2015 d'un automobiliste noir, capturé sur une vidéo amateur.

Les images avaient fait le tour du monde et choqué l’opinion publique américaine. Michael Slager a été condamné jeudi à 20 ans de réclusion par le juge fédéral David Norton, qui siège à Charleston. L’ancien policier « a agi avec malveillance et préméditation », a estimé le juge, « en tirant sur Walter Scott non armé et s’enfuyant ».

Immortalisé en vidéo

Les faits remontent à avril 2015, nous sommes à Charleston, en Caroline du Sud. Walter Scott, un automobiliste noir de 50 ans, est arrêté par un policier blanc, Michael Slager, pour une infraction au code de la route, un simple feu arrière défectueux.

L’automobiliste, non armé, tente de s’enfuir, l’officier de police tire huit balles, dont cinq l’atteignent dans le dos et le tuent. Capturée sur le téléphone portable d’un passant, la vidéo devient virale et déclenche des manifestations, dégénérant parfois en émeutes, dans tous les États-Unis.

Michael Slager avait affirmé avoir craint pour sa vie et agi en légitime défense alors que les images amateurs le montraient en train de déposer son pistolet à décharge électrique à côté de sa victime. L’officier avait très vite été renvoyé des forces de l’ordre, une sanction rare aux États-Unis.

La justice américaine l’a également reconnu coupable d’entrave à la justice pour ses mensonges concernant les circonstances de l’homicide de Walter Scott.

« J’aimerais que ce ne soit jamais arrivé »

Un premier procès non fédéral avait été annulé en décembre 2016, les douze jurés n’étant pas parvenus à s’accorder sur le verdict. Michael Slager encourait la perpétuité après avoir plaidé coupable, en mai, d’un chef d’accusation fédéral, avoir de façon volontaire attenté aux droits civiques de Walter Scott en exerçant une force excessive sous le couvert de ses fonctions. « J’aimerais que ce ne soit jamais arrivé », a-t-il dit à l’occasion de l’audience.