actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

actualités

Estelle Fakam, une créatrice camerounaise vivant à Montigny, a créé sa propre ligne de vêtements : Ndop&Cie. Elle privilégie surtout les techniques artisanales africaines. « C'est la dernière collection.

Ce sont des produits que j'ai réalisés exprès pour les fêtes de fin d'année ». Puisant son inspiration dans ses racines camerounaises et les techniques de tissage artisanales d'Afrique, Estelle Fakam présente sa marque, Ndop & Cie, créée il y a deux ans et demi.

Autodidacte

Cette Ignymontaine de 35 ans est une véritable autodidacte. Elle a tout appris elle-même, grâce à des tutos sur YouTube. « Je travaille les vrais tissus artisanaux africains, qui ne sont pas forcément très colorés, comme le véhicule une idée fausse. Je veux leur donner une place dans la culture occidentale et ainsi participer à la sauvegarde des techniques textiles africaines ancestrales », raconte la jeune femme. Avec sa machine à coudre et avec l'aide d'artisans couturiers, elle a créé sa nouvelle collection de A à Z. Des sacs à main, colliers ethniques, pochettes, jupes, sweats ou vestes en jean pour homme Le nom de sa marque est un clin d'œil à ses origines. « Le Ndop est un tissu traditionnel camerounais », explique l'autoentrepreneuse. Ses tissus viennent du Cameroun mais aussi du Sénégal, du Mali ou du Burkina Faso. L'Afrique, un continent qu'elle connaît bien, puisqu'elle y a enseigné les mathématiques lors de missions humanitaires. Si elle fournit en produits quelques boutiques dans le sud de la France, Estelle aimerait lier quelques partenariats avec des boutiques sur Saint-Quentin-en-Yvelines. C'est pourquoi le week-end, elle écume les salons de créateurs et organise aussi des ventes privées pour promouvoir sa collection automne-hiver. « Je suis sans cesse à l'affût de nouveautés. Je suis curieuse de savoir ce qui marche, tout en apportant ma touche africaine », raconte Estelle. Il y a deux ans et demi, elle avait par exemple parfaitement anticipé l'engouement naissant pour le tissu wax africain.